On connaît tous quelqu’un qui aime boire sa bière glacée. Mais connaissez-vous des brasseurs qui conçoivent des bières dites «de glace»? Malgré qu’elle soit rare, cette tradition bien semblable à celle des vins et des cidres de glace existe aussi dans l’univers de la bière. Et elle est franchement délicieuse à siroter, surtout en cette période où les températures extérieures réussissent parfois à nous glacer le sang.

L’histoire raconte que cette ­tradition brassicole a vu le jour en Allemagne, après qu’un employé d’une brasserie eut malencontreusement oublié une barrique de Dunkler Bock (la bière rousse forte de la saison) dehors pendant toute une nuit d’hiver. Le lendemain, son patron ayant remarqué la bourde, le malheureux employé aurait été forcé à boire le liquide brunâtre concentré au centre du fût de glace. Après quelques gorgées, le patron constata bien que son subalterne ne souffrait pas, mais pas du tout, à boire cette boisson d’apparence visqueuse. Aujourd’hui, on comprend facilement pourquoi...

Saveurs caramélisées

En bouche, ces bières cryoconcentrées ressemblent souvent aux Barley Wines, ces vins d’orge à l’anglaise. En d’autres mots, on retrouve un profil de saveur puissamment caramélisé et à peine fruité dans un corps nourrissant invitant de petites gorgées contemplatives. Comme un cidre de glace, mais dont la saveur et le corps proviennent uniquement de céréales.

Ces bières de glace, que l’on a logiquement appelées Eisbock en Allemagne, accompagnent merveilleusement bien les fromages bleus, les pièces de gibier bien charnues et les charcuteries assez salées.


♦ David Lévesque Gendron et ­Martin Thibault sont les auteurs des Saveurs gastronomiques de la bière (Druide, 2013), sacré meilleur livre sur la bière aux Gourmand Awards, gagnant du premier prix littéraire Mondial de la Bière, gagnant d’une médaille d’or au concours des livres ­culinaires canadiens de Taste ­Canada et finaliste pour le prix Marcel Couture.  

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les brasseries Brewdog (Écosse) et Schorschbräu (Allemagne) se sont livré une bataille médiatisée il n’y a pas si longtemps. L’enjeu? Quelle brasserie aurait le «privilège» d’être la créatrice de la bière la plus forte au monde. La gagnante a été Schorschbräu qui a atteint 57 %. Depuis, une autre brasserie écossaise leur a ravi le titre. En effet, la Snake Venom de Brewmeister atteint rien de moins que 67,5 % d’alcool.